En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de vous proposer des services et des contenus adaptés. En savoir plus Fermer

Faire du propre

1 journée à l’école des beaux-arts

Un projet crée par Jacques Denigot et les étudiants Anais Prouzet, An-Ting Ta, Mathieu Wuhrmann, Jaehee Shin, Nahomi Del Aguila, Charles Cailleteau, Lydia Hiorms, Danyao Li et la collaboration d’Anne Gobbey (ingénieur de l’ADEME).

Le projet 

Une de nos premières actions vaguement autonomes est celle de se salir et de salir les alentours. Reconnaissons-le, c’est la première pulsion du geste créatif. C’est du propre ! À partir de là, on peut dire que chaque action de création induit une modification de notre cadre de vie. Est-ce la preuve de notre prise de conscience du pouvoir que nous détenons sur notre environnement et sur nous-mêmes ?
Franchir les seuils de l’éducation pour comprendre que l’apprentissage consiste parfois à donner et dire les nécessités de nettoyer. Le premier seuil est celui, extrêmement basique et commun à tous, du caca, le second, plus social, celui du paillasson, le troisième, plus culturel, est le dessin. Quand c’est sale, il faut nettoyer et en donner les raisons : santé, bien-être, dignité…

Le livre 

Du sucre sur la tête de Thomas Vinau et Lisa Nanni, éditions Motus.
« Cet album évoque les conséquences d’un bouleversement climatique inattendu. Aucun scientifique ne l’a prévu, celui-là. Il n’y a que les poètes et les rêveurs qui puissent l’imaginer. Cela commence ainsi : « Un jour du sucre se mit à tomber des arbres. » Cette manne réjouit tout d’abord les terriens humains et animaux. Mais l’on n’avait pas pensé aux conséquences : oiseaux collés aux branches, boue devenant du caramel, arbres cariés, moustiques obèses, canards laqués naturellement … Que peut devenir notre planète bleue ? A-t-elle encore un avenir, envahie par le sucre ? À chacun de trouver la réponse. »

L’atelier

Le sale est donc l’angle choisi pour traiter la question de la pollution par les enfants sans l’évoquer. La journée comprend trois ateliers principaux sans lien à priori entre eux.
D’emblée, on affirmera qu’on n’a pas le droit de salir les enfants avec des matières réelles, ils seront donc plongés dans le monde de la prospective et de la représentation en  expérimentant des simulacres du sale : l’argile, le pigment, le fusain.

  • Pour produire le cycle de la purification, les enfants s’enrobent les bras d’argile, la triturent jusqu’au séchage et craquelure puis savonnent l’ensemble pour laisser la place nette aux autres qui renouvellent l’expérience.
     
  • Ils saupoudrent la surface d’un paillasson illusoire, capteur de poussière, puis marchent dessus pour enquêter sur la traçabilité de l’impact de leur présence au monde.
     
  • Pour rendre visible l’invisible, il faut prétexter le plaisir de dessiner pour produire les particules de l’air à partir de la friabilité de l’outil, les recenser et les observer avant de transformer les prélèvements.

À la fin de la journée, les enfants relieront ces actions de manipulation et de fréquentation du sale par un commentaire critique de chacune des expérimentations. Leurs paroles pourraient bien faire apparaître des réalisations parfaitement claires et limpides.

Les albums présents dans l’atelier 

  • Du sucre sur la tête de Thomas Vinau et Lisa Nanni, éditions Motus
  • La maîtresse n’aime pas d’Alain Le Saux, éditions Rivages
  • Les démons caca de Fabienne Loodts, Esperluète éditions
  • On y va ! Les chats pelés, éditions les grandes personnes
  • Le camion poubelle de Max Estes, éditions La Joie de Lire
  • Range ta planète de Chacha Boudin, éditions L’initiale
  • Cuisiner avec les petits au fil des saisons de Virgine Aladjidi, Caroline Pellissier et Marion Billet, éditions Thierry Magnier
  • Bonne pêche de Thierry Dedieu, éditions du Seuil jeunesse
  • Tibois fait son musée d’Ashild Karstad Johsen
  • Le mangeur de sons de Christos et Lauranne Quentric, éditions les 400 coups
  • Un courant d’air dans la bouche de Korneï Tchoukovski et Yassen Grigorov, éditions La Joie de Lire

Les artistes cités 

Yuhsin U Chang, Nicolás García Uriburu, Ana Mendieta, Man Ray et Marcel Duchamp (Élevage de poussière), Sophie Ristelhueber, Robert Filliou, William Kendridge, Wim Delvoye, Henri Matisse

Les œuvres de la collection

  • Sans titre, APPEL Karel
  • Série  Erinnerungsspur, APPELT  Dieter 
  • Canal de Nantes à Brest réf. 1725, BOURRET Eric
  • Sans titre, BANNIER Jean
  • Passion, BOLY Kader
  • Sans titre (réf .vert01), BOUTTERIN Jérôme
  • Novembre, BRACAVAL Bertrand
  • La Pousse RRRR, CAZENOVE Olivier
  • Sans titre, CUCCHI Enzo
  • Sans titre1, 2, 3, WAUTELET Cécile