Le démangement, hypothèse du récit

Image
Image
Le déménagement, hypothèse du récit

Le démangement, hypothèse du récit

Date de début
Date de fin

Voyage à Nantes 2022

Parcours Inter-Écoles


Exposition visible depuis les vitrines de  la Galerie Open School
Du 2 juillet
au 18 septembre
 

Île de Nantes
Campus de l’art

 

Olivier Nottellet & Pierre-Yves Arcile
 

Avec les étudiant·es :

Léa Erlandes

Maria-Camila Garzón

Léo Moisy

Eleonore De-Bussy

Alice Monneret

Bérénice Nouvel

Eva Pechova

Agathe Perrault

Emma Prevost

Amandine Rousseau
 

Un projet mené dans le cadre d’une coopération entre Les Beaux-Arts et Le Voyage à Nantes, pour le Parcours Inter-Écoles, qui propose :
une construction monumentale sur le parvis, un cylindre énigmatique intégré à la galerie Open School avec les travaux des étudiant·es autour de cette thématique du déplacement.
 
Image
VAN 22
 

Plan de l'exposition

Le Déménagement, hypothèse du récit est une exposition collective évoquant le changement de lieu de vie, le déracinement mais aussi la découverte de nouvelles perspectives.

Cette exposition est le fruit d’une réflexion et d’une expérimentation sur le statut du parvis des Beaux-Arts Nantes Saint-Nazaire récemment installée sur l’Île de Nantes. Entre espace accessible à tous·tes et espace dédié aux événements quotidiens de l’école, ce parvis cristallise les enjeux d’une nouvelle ère impliquant des pratiques renouvelées de l’enseignement artistique et de son rapport à la ville.

Sur invitation de Pierre-Yves Arcile, architecte et chercheur en doctorat à l’École des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire et à Nantes Université, Olivier Nottellet, artiste, a tout de suite identifié un élément structurant des usages quotidiens de ce parvis, une table ronde en bois avec une assise incorporée répondant à l’échelle monumentale de l’ancien bâtiment rénové.
Cette table lieu, pensée par le collectif Fichtre, a immédiatement enthousiasmé Olivier Nottellet et l’a amené à proposer un dialogue à la situation que propose cet objet démesuré, une idée de rencontre, une géométrie politique primaire. C’est donc un dispositif à plusieurs entrées qu’ils ont tenté de mettre en place.

En premier lieu, un cylindre de parpaings monumental vient s’installer sur la tangente de la table ronde du parvis. Il vient perturber l’entrée de l’école pour reconsidérer les déplacements qui s’y opèrent, les rencontres qui s’y jouent et ainsi envisager, peut-être, de nouvelles hypothèses.

Uniquement visible de l’extérieur, l’ensemble tente de mettre en tension l’intimité du déménagement avec l’espace public.
 
Image
PYA VAN 22