En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de vous proposer des services et des contenus adaptés. En savoir plus Fermer

L’inauguration de la nouvelle école à Nantes

L’école supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole a quitté le centre-ville pour rejoindre les halles 4 et 5 et devenir un site majeur de l’enseignement supérieur artistique. 

mont-nouvelleecole.jpg
Photos Valery Joncheray

De par sa situation stratégique au coeur du Quartier de la création, l’école des beaux-arts va contribuer activement au développement d’un pôle d’excellence artistique au sein du réseau des écoles sur l’île de Nantes dédié à l’architecture, la communication, le design et le numérique.

4 300 m² d’ateliers sont consacrés à la recherche et à l’expérimentation dans tous le domaines des arts visuels : pôles construction, image et print. À terme, 500 étudiants (dont 30 % d’étrangers), 2 000 élèves de tous âges et leurs équipes pédagogiques occuperont les espaces dédiés à l’enseignement supérieur, aux cours publics et à l’éducation artistique.

Ouvert à tous, le pôle public de plus de 900 m² est constitué notamment d’un centre de ressources, d'une galerie d'art et d'une collection d'art contemporain, d’un amphithéâtre et d’une épicerie solidaire.
 

L’inauguration du 4 au 10 novembre 2017

L’école des beaux-arts de Nantes accueille tous les Nantais le week-end du 4 et 5 novembre et tous ses partenaires internationaux des écoles et universités d’art du 8 au 10 novembre pour mettre en réseau leurs programmes et partager leurs expériences à l’international. 

 

1% artistique :  Fabrice Hyber

Fabrice Hyber, L’homme de Bessines,
Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, 2013.
Photo Marc Domage

Fabrice Hyber, né en 1961 poursuit une carrière internationale depuis sa sortie des beaux-arts de Nantes en 1984.

Dans le cadre du 1% artistique, il proposera deux installations artistiques d’envergure qui se feront écho entre Nantes et Marfa, Texas, convoquant ainsi la dimension internationale de l’école, point fort de l’établissement.

À Nantes, dans le nouveau bâtiment, à disposition des étudiants et du public, il installera à l’intérieur d’une caravane américaine métallique une série de ses célèbres POFs – Prototypes d’objets en fonctionnement – réalisés entre 1991 et 2012. Ces objets singuliers détournent les biens de consommation pour aboutir à des oeuvres offertes à l’expérience : le Ballon carré (POF 65), Oto, la voiture à double tranchant (POF 87), ou encore Ted Hyber (POF 51).

À Marfa, le campus américain de l’école des beaux-arts de Nantes, il travaille à un projet de sculpture de L’Homme de Bessines à l’échelle du paysage, constitué des matériaux glanés sur le terrain Fieldwork Marfa sur Antelope Hills Road acquis par les Amis de Fieldwork Marfa en 2016.

Inauguration en 2018.

 

 

Le projet de Franklin Azzi Architecture, un projet cohérent avec le passé industriel

Piloté par Nantes Métropole, le projet de l’école se situe sur un îlot indépendant constitué des halles 4 et 5. La mise en valeur s’est effectué en épurant les structures métalliques et en les revêtant de bardage transparent en façade, à partir de 4 mètres depuis le sol. Au rez-de-chaussée, les locaux de l’école sont largement vitrés afin de laisser voir les activités qui s’y déroulent. Le parvis devant l’entrée de l’école a vocation à servir d’espace public et relie les différents programmes du site. Les locaux sont organisés pour permettre à la nouvelle école de répondre à l’accueil des différents publics, aux nouvelles modalités de pédagogie et de production et à la mutualisation des espaces.

Voir toutes les photos du projet

 

L’école des Beaux-arts au coeur du Quartier de la création

Les grands établissements d’enseignement supérieur artistique seront regroupés de l’île de Nantes : l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes (ENSAN), le pôle universitaire interdisciplinaire dédié aux cultures numériques, l’école supérieure des beaux-arts de Nantes, les écoles consulaires (École de design Nantes Atlantique, Médiacampus), le Pôle des arts graphiques. La Fabrique, lieu dédié aux musiques actuelles et aux arts émergeants, les Machines de l’île et le Hangar à bananes complètent et animent avec cohérence ce nouveau quartier. Ce projet urbain répond aux grands enjeux de l'école des Beaux-arts :

  • encourager la création de pôles de recherche ;
  • faciliter la mise en place de passerelles entre les acteurs du quartier ;
  • devenir attractif pour recruter les meilleurs étudiants français et étrangers ;
  • questionner et répondre aux enjeux du développement économique.