En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de vous proposer des services et des contenus adaptés. En savoir plus Fermer

Olga l’arracheuse

2 journées à l’école des beaux-arts

Un projet crée par Jacques Denigot et les étudiants Marine De Grossouvre,  Mélissandre Bravo, Margot Gaches, Sophie Keraudren, Mélina Mauberet, Virginie Meneret, Celestin Fresnay, Carolyne Paquette, Pedersen Dorthe Slej, Paul Blaise.

Le projet

On est tous très gentils. Jamais on ne fait exprès d’être méchant ? Vrai ou Faux ? Olga est une enfant. Elle est donc très gentille. En promenade, elle ramasse de tout : c’est pour grandir. Comme cette marguerite qui se présente sur le bord de sa promenade. Qui pourrait donc en vouloir à qui la cueillera ? Qui pourrait reprocher à l’enfant le projet d’ouvrir le bidule pour en connaître le machin ? Finalement, on est tous habité par cette énorme envie de bousculer l’échelle du peintre pour produire une tache au bel effet sur le macadam car on sait bien qu’un artiste est quelqu’un qui fait n’importe quoi mais exprès.
Qu’apprend-t-on donc après avoir tout cassé ? Qu’allons-nous construire après l’effondrement de notre pyramide ?

Le livre

Olga, arracheuse de marguerite d’Ilya Green, éditions Didier jeunesse. Olga se promène et trouve une marguerite qu’évidemment elle tente de cueillir de toute sa volonté et finalement de toutes ses forces. À chaque page, un oiseau la suit comme une petite idée derrière la tête et lui crie des « hé! » d’appel à la conscience. Avec sa marguerite dans les bras, Olga est vraiment contente, mais sa marguerite se fane un peu plus à chaque page. Elle meurt et devient très, très morte. C’est l’enterrement. Une nouvelle fleur pousse sur la tombe. Olga l’arrose…

L’atelier

C’est cette Olga, l’arracheuse de marguerite, qui permet d’entrer dans ce projet et d’orienter l’imaginaire de ceux dont l’esprit est traversé par l’idée de provoquer des catastrophes pour apprendre. Observer les phénomènes produits pour répondre à la question : a-t-on mûrement réfléchi aux conséquences de nos actes ?
L’atelier Calder se transforme en lieu d’apologie du chaos comme forme de connaissance.
L’enfant est ici l’agent, l’agitateur et l’instigateur de toutes les organisations de destruction consciencieusement provoquées, préméditées et préparés pour lui. C’est son travail. Détruire devient une activité normale, agréable et constructive. Les livres en rajoutent et une ambiance dramatique traverse les ateliers qui s’enchaînent de cataclysmes en catastrophes. N’espérez pas rassurer vos élèves par des ateliers de réparation !

Albums présents dans l’atelier

  • Olga arracheuse de Marguerite d’Ilya Green, éditions Didier jeunesse
  • La vague de Suzy Lee, éditions Kaléidoscope
  • Les gratte-ciel de Germano Zullo et Albertine, éditions La joie de lire
  • Mô-namour de Claude Ponti, éditions L’école des loisirs
  • Quand soudain il se passa quelque chose de plus terrible encore ! de Bertrand Santini, les éditions de la balle
  • Glue Glue de Keith Godard, éditions studio works
  • Filer droit de Noémi Schipfer, éditions MeMo
  • Oh non George ! de Chris Haughton, éditions Thierry Magnier
  • Michel, le mouton qui n’avait peur de rien de Sylvain Victor, éditions Thierry Magnier
  • Le drame de Claire Franck, éditions du Rouergue
  • Esquimaux d’Olivier Douzou, éditions du Rouergue
  • La tache attaque de Jean Gourounas éditions du Rouergue
  • Pollock, argent sur noir, blanc, jaune et rouge de Sophie Curtil, Centre Georges Pompidou
  • Le mioche de Cécile Fraysse et Philippe Aufort, Passage piétons éditions
  • Miam de Chistian Roux, éditions Seuil jeunesse
  • Bagarre de Helge Reumann, Toutazimuts, no11 éditions du Rouergue
  • Monsieur Vadelavant de Philippe Roux, éditions Autrement jeunesse
  • Fin du monde d’Agnès Rosenstiehl, collection Aubes du monde, éditions Autrement
  • Le petit théâtre de pierre de Michelle Daufresne, éditions Bilboquet
  • La vie des cailloux de Camille Guillon et Jean-Marc Fiess, éditions Baron perché
  • Le petit bout manquant de Shel Silverstein, éditions MeMo
  • Seichito de Marie Alberto Jeanjacques et Karen Kottois, éditions MeMo

Œuvres de la Collection

Sophie Ristelhueber, A cause de l'élevage de poussière*, 1991-2007 Epreuve pigmentaire, 63,5 x 75 cm
Franck Gérard,  La limite transversale de la mer, île de Cheviré (1), Nantes, 2006-2007 Tirage lambda, 62 x 75 cm
Naoya Hatakeyama, Contour Line*, 1983 Tirage noir et blanc, 30 x 40 cm

Artistes de référence

Edward Baran, Sophie Ristelhueber, Gaziorowsky, Richter, Roman Signer, Christ Burden, Susan Stockwell, Louise Paillé (livre-livre), Briac Leprêtre, Franck Gérard, Hatakeyama Naoya, Jeff Wall, Steven Parrino, Emmanuelle Lainé