En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de vous proposer des services et des contenus adaptés. En savoir plus Fermer

Le Musée du Futur

un projet de Camille Juthier, Dylan D'Argent, Lea Virreto-Cit, Sarah Orumchi
étudiants en Master 2

Que pourrait être un musée du futur en Afrique ?

Un lieu (ou un espace) hybride
D’explorations
De rencontres
De circulations
De transmissions et d'apprentissage
Un lieu de sauvegarde d’un patrimoine ancien et contemporain
De mise en lumière des manques et des oublis de l’histoire
D'expression de la biographies de ces objets et de leurs interprétations variées
De mise en valeur des pratiques et des récits
D'interrogation épistémologique sur les objets, les méthodes et le statut du savoir produit
De présence d'autres formes de savoirs et théories de la connaissance (esthétiques, artistiques, thérapeutiques, environnementaux, savoir-faire techniques, sociaux, historiques, psychologiques, économiques)
De questionnement des cultures africaines à travers leurs propres catégories
mais aussi des modèles importés ou des hybridations culturelles
De réappropriation des héritages (matériels et immatériels)
des cosmogonies, des mythes, des expressions culturelles, des ressources linguistiques
Un lieu dynamique, de vitalité
Un espace commun qui pense le futur
De spéculations, d'inventions, de créations
Dont chacun peut être acteur
Un espace non institutionnel ?

Notre dispositif est : Souple. Nomade. Ephémère. Fragile. Hôspitalié. Performatif. Dynamique. Contextuel

Nous sommes partis en avril 2017, pour premier séjour de trois semaines au Sénégal durant lesquelles nous avons travaillé avec le musée Théodore Monod d'art africain à Dakar. Ce musée crée en 1936, pendant la colonisation française, longtemps appelé musée de l'IFAN (Institut Fondamental de l'Afrique Française) fut ouvert au public en 1960 lors de l'indépendance. Depuis ce musée est lié à l'Institut Fondamental d'Afrique Noire de l'Université Cheihh-Anta-Diop. Il est consacré aux arts et traditions de l'Afrique de l'Ouest, et possède environ 9 000 objets dont 300 sont présentés au public. La muséographie (avec ses vitrines, ses dioramas, ses socles, ses cartels...) a été conçue sur les modèles occidentaux. Aujourd'hui, malgré quelques changements, mais faute de moyens, elle continue à couper les objets de leur contexte. Elle tisse peu de liens avec la vie contemporaine sénégalaise, ses expressions, ses pratiques, ses réalités multiples. Des liens qui permettraient pourtant de comprendre les racines entre ce patrimoine exposé et ce qui se passe en dehors du musée.

A partir de nos explorations dans la ville, nous avons élaboré différentes propositions afin de contribuer au futur du musée.

Nous présenterons nos propositions au Centre culturel Apix Pikine Guinaw Rail sud et à L'institut Fondamental d'Afrique Noire / Université Cheikh Anta Diop dans le cadre de l'exposition conçue par François Delaunay, professeur à l'EESI, école d'art d'Angoulême et de Poitiers, avec ses étudiants et collègues.

> en savoir plus : https://dakarpresence.wixsite.com/dufutur